🔋⚡ Batteries au lithium : plus nombreuses, plus dangereuses ?
Actualités réglementaires

🔋⚡ Batteries au lithium : plus nombreuses, plus dangereuses ?

Plébiscités par notre société, les accumulateurs au lithium sont aujourd’hui partout (développement des mobilités propres, véhicules électriques, stockage d’énergie, etc.). Leur utilisation croissante par le grand public s’est également traduite par une forte augmentation de leur présence sur les sites industriels.

Bien que banalisés, les accumulateurs au lithium ne sont pas pour autant sans risque. C’est tout l’objet d’une publication du Bureau d’analyse des risques et pollutions industrielles (BARPI) de janvier 2022 qui dresse un état des lieux de l’implication des batteries au lithium-ion dans l’accidentologie des sites industriels. Sont ainsi notamment pris en compte la conception, l’utilisation et le stockage des batteries avant leur envoi vers les installations de traitement appropriées

A noter : ne sont pas concernés par cette publication le secteur des déchets et l’utilisation des batteries par les particuliers.

 

Qui est concerné ? 🏭

 

Parmi les secteurs les plus exposés à des accidents dus à des batteries au lithium, figurent en premier lieu la fabrication d’équipements électriques et électroniques (EEE) ou encore l’industrie automobile. D’autres activités qui ne font qu’utiliser les accumulateurs sont également concernées.

Parmi les évènements étudiés, 62% se sont produits au sein d’installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Le risque ne doit pas pourtant être négligé sur les sites qui ne sont pas classés au titre de cette réglementation.

Parmi les ICPE concernées, 76% étaient des sites soumis à autorisation.

 

Quels sont les risques ? 💥

 

Le risque majeur induit par la fabrication ou l’utilisation de batteries est le risque d’incendie/combustion. Ce phénomène dangereux a en effet été le plus observé dans les cas étudiés par le BARPI.

Outre le risque d’incendie, le risque d’explosion n’est pas non plus négligeable. Bien que le phénomène d’explosion soit souvent associé à l’incendie, il peut également survenir seul.

Autre conséquence qui découle le plus souvent des premières : le rejet de matières dangereuses ou polluantes. En effet, le dégagement d’hydrogène est notamment un risque sérieux qu’il convient de maîtriser pour prévenir tout début d’incendie. De plus, en cas de sinistre, des émanations d’acide fluorhydrique, nocives, sont également possibles.

 

A noter : les principales causes d’évènements sont les défauts matériels ou les pertes de contrôle de procédé (emballement thermique).

 

Quelles mesures de prévention ? 👷‍♀️

 

Pour pallier les risques induits par la fabrication ou l’utilisation d’accumulateurs au lithium, peuvent notamment être citées les mesures de prévention suivantes :

  • Avoir une évaluation du risque de formation d’atmosphères explosives (Atex) à jour (zonage, DRPCE, etc.) ;
  • Disposer d’un dispositif de désenfumage approprié ;
  • Avoir des moyens de détection et d’extinction incendie efficaces ;
  • Utiliser des batteries équipées de protections contre les surintensités, surcharges, courts-circuits, etc. ;
  • Mettre les stockages de batteries (même temporaires) à l’abri des chocs et des élévations de températures.

 

A noter : si votre site est classé ICPE et que souhaitez mettre en place une utilisation ou un stockage d’accumulateurs au lithium dans votre process, il est vivement recommandé d’en informer préalablement votre Dreal.

 

Source :

Publication du BARPI de janvier 2022, « Implication des batteries Lithium-ion dans l’accidentologie hors secteurs d’activités des déchets »

 

Pierre Le Marc – Consultant HSE – pierre.lemarc@echoline.fr