Dans le cadre de sa campagne « Healthy Workplace / Lieux de travail sains 2018-19 », l’Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail vient de lancer une nouvelle vidéo concernant les substances dangereuses.

Ce film illustre de façon claire à quel point les substances dangereuses sont présentes sur nombre de lieux de travail et secteurs à travers toute l’Europe, comme l’agriculture, la construction ou l’industrie de transformation. Elle met le doigt également sur l’importance de la prévention et de sensibilisation.

Parfois dans des produits anodins…

Les substances dangereuses sont bien plus répandues qu’on ne le pense. Plus de la moitié des travailleurs du secteur manufacturier, de la construction et de l’agriculture y serait exposés de manière excessive. Pourtant, un grand nombre d’entre eux ne soupçonnent pas que les colles, les pesticides et autres produits de nettoyage ne sont pas les seules substances à présenter des risques.

Les contaminants produits par les méthodes de travail tels que la poussière de silice émanant de la taille des pierres, les vapeurs de soudage ou les matériaux naturels comme la poussière des céréales ou même l’eau peuvent être dangereux s’ils ne sont pas gérés efficacement.

Tous entraînent des risques et des problèmes de santé dont des allergies, des irritations de la peau, des cancers et maladies des poumons. On estime que les substances cancérigènes sur les lieux de travail causent 80 000 décès par an dans l’Union européenne.

Certains groupes de travailleurs sont plus sensibles au risque : les femmes, les travailleurs temporaires et les jeunes car ils seraient plus fragiles physiquement ou inexpérimentés.

Que faire?

Chacun, sur son lieu de travail, devrait participer activement à l’émergence d’une culture de prévention, en voici les étapes essentielles : 

  • Reconnaître les dangers, dresser l’inventaire des substances produites et utilisées.
  • Recueillir les informations sur les dangers associés.
  • Evaluer l’exposition en recensant les personnes susceptibles d’être exposées y compris les sous-traitant, le personnel de maintenance ou de nettoyage.
  • Planifier des mesures de réduction des risques en suivant la hiérarchie du principe STOP (Substitution – Technologie – Organisation – Protection).

L’élimination des substances dangereuses et leur remplacement constituent la première priorité pour l’Union européenne. Si ce n’est pas possible, des solutions techniques et opérationnelles doivent être envisagées. Enfin, une protection individuelle est essentielle.

Les entreprises peuvent trouver de nombreux avantages à investir dans la santé et sécurité au travail :

  • Les employés sont plus motivés et plus productifs.
  • Les coûts associés aux absences et maladies du personnel sont réduits, de même que la rotation du personnel.

 

Voir la vidéo (activer les sous-titres):

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser :

Elle est enfin là : l’ISO 45001 en 6 points majeurs

Nanomatériaux : La Commission européenne veut une meilleure prise en compte des risques

Tout savoir sur le projet de décret modifiant la nomenclature des ICPE

Santé au travail : limitations pour 5 nouvelles substances cancérigènes

 


Veille réglementaire : Simplifiez-vous la vie !

Presque 50 000 heures économisées par nos utilisateurs en 2017

Une veille réglementaire HSE – RH 100% personnalisée selon votre activité, vos installations et équipements à partir de 13€ HT/ mois !

Prenez rendez-vous ci-dessous pour une démo gratuite !